Top:

Inhalt:

 

CIE 2018 Topical Conference on Smart Lighting, Taipei, Chinese Taipei, April 24 – 28, 2018
Abstract Submission Open




Colorimtrie Partie 6: Formule dcart de couleur CIEDE2000

ISO/CIE 11664-6:2014(F)

 

L’espace chromatique tridimensionnel obtenu en portant en coordonnées rectangulaires les composantes trichromatiques (X, Y, Z) n’est pas visuellement uniforme, ni l’espace (x, y, Y), non plus que le diagramme de chromaticité à deux dimensions CIE (x, y). Des distances égales dans ces espaces et ce diagramme ne représentent pas des différences également perceptibles entre les stimulus de couleur. Pour cette raison la CIE a normalisé deux espaces chromatiques approximativement uniformes (connus sous les noms de CIELAB et CIELUV) dont les coordonnées sont des fonctions non linéaires de X, Y et Z. Des grandeurs numériques représentant approximativement la valeur relative des écarts de couleur dans ces espaces peuvent être évaluées par de simples distances euclidiennes, ou par des formules d’écart de couleur plus élaborées, qui améliorent la corrélation avec la valeur relative perçue de ces différences. L’objet de cette norme internationale CIE est de définir l’une de ces formules, la formule CIEDE2000. La norme est étayée par le rapport technique CIE 142-2001.
La formule est une extension de la formule d’écart de couleur CIE 1976 L*a*b* (ISO 11664-4:2008(F)/CIE S 014-4/F:2007) avec des corrections liées aux variations dans la perception des différences de couleur dues à la clarté, au chroma, à la teinte et à l’interaction chroma-teinte. Des conditions de références définissent les caractéristiques environnementales matérielles et visuelles pour lesquelles la formule est valable.
La norme s’applique à partir des données initiales L*, a*, b* CIELAB évaluées selon la norme ISO 11664-4:2008(F)/CIE S 014-4/F:2007. La norme s’applique à la spécification des écarts de couleur entre deux stimulus perçus comme ceux d’objets réflexifs ou transmissifs. Ceci comprend les afficheurs lumineux lorsqu’ils sont utilisés pour simuler des objets réflexifs ou transmissifs et si les composantes trichromatiques représentant les stimulus sont convenablement normalisées. La norme ne s’applique pas à des stimulus perçus comme ceux de surfaces apparaissant comme émettrices de lumière, telles des sources primaires, ou qui apparaissent comme réfléchissant spéculairement de telles lumières.


© CIE 2000 - 2017 | Babenbergerstrae 9/9A, A-1010 Vienna, Austria